Fiche sur Thomas Riboud

Photo accueil

Riboud débute ses études à Bourg-en-Bresse avant de les poursuivre à Beaune. Reçu avocat à Dijon en 1774, il exerce à Lyon jusqu’en 1778, date à partir de laquelle il se consacre de plus en plus à la littérature et aux sciences.

De retour dans sa ville natale en 1779, il remplit plusieurs fonctions politiques en tant que procureur du roi et participe à l’assemblée générale des Etats de Bresse. En 1790, procureur général de l’Ain, il est élu pour se rendre à l’assemblée législative. Déjà membre de plusieurs sociétés savantes, il fonde en 1783 la Société d’Emulation de l’Ain, interdite en 1793 sur ordre de Robespierre.

Emprisonné en 1794, il recouvre la liberté après la mort de Robespierre et occupe des postes importants jusqu’à l’arrivée de Bonaparte qui l’écarte du conseil des Cinq-Cents.

De retour à Bourg-en-Bresse, il enseigne alors à l’école centrale. Membre de l’Institut, reconnu dans sa profession judiciaire, il est nommé président à la cour impériale de Lyon et fait Officier de la Légion d’honneur. Après avoir cumulé pendant soixante ans diverses fonctions publiques, il s’installe définitivement à Bourg-en-Bresse en 1815 et revient à la tête de la Société d’Emulation. Elu député en 1799, puis président du tribunal criminel de l’Ain, il se retire finalement à Jasseron en 1827 où il meurt en 1835, à l’âge de quatre-vingts ans. Homme politique mais surtout homme de sciences et de lettres, ses ouvrages sont nombreux et abordent des thèmes variés comme l’art, l’histoire, l’archéologie, la politique ou la justice.

Personnalités de Bourg-en-Bresse au XIXe siècle

Après la Révolution française et les guerres napoléoniennes, le sentiment patriotique et le nationalisme sont renforcés. La France exporte à travers le monde ses valeurs et sa culture. Celles-ci s’expriment à travers le négoce, l’industrie, l’évangélisation de colonies, les sciences, les arts ou encore l’armée.

Dans ce creuset, les élites intellectuelles sont légion notamment dans l’Ain.

Edgar Quinet, professeur au Collège de France et homme politique, s’oppose au coup d’Etat de 1851 et devient le symbole de la laïcité et de la liberté d’expression.

Charles Robin, docteur, professeur de biologie, prône l’instruction laïque fondée sur la science et côtoie le milieu littéraire romantique parisien qu’il influence beaucoup.

Jean-Marie Sauveur Gorini, curé, dispense un enseignement religieux simple et œuvre contre les erreurs théologiques.

Alphonse Baudin, docteur et député de l’Ain, s’illustre lors de la Révolution de 1848 et organise une insurrection contre le coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte en 1851 où il trouve la mort.

Frédéric Dufour, imprimeur, fonde « Le Courrier de l’Ain » et diffuse l’information.

Ces hommes mais également tous ceux natifs comme eux de la région Rhône-Alpes ont permis à la France d’accomplir sa révolution industrielle, de faire progresser la science et évoluer les mœurs.